La ville d’Angola s’apprête à accueillir la première biennale de la culture de la paix qui s’organise du 18-22 septembre par le gouvernement Angolais, l’UNESCO et l’Union Africaine.

A quelques heures de ce rendez-vous historique pour les délégués venus de l’Afrique et de sa  diaspora de réfléchir aux actions à mener pour une véritable émergence du continent, La Directrice générale de l’UNESCO   Audrey Azoulay  a salué le leadership des femmes  dans le maintien et la consolidation de la paix.

Si dans un passé la considération était quasiment impossible, la femme avec ses riches expériences dans les secteurs vitaux fait aujourd’hui figure d’un partenaire sérieux et incontournable dans le maintient de la paix pour une réelle émergence de l’humanité.

En Afrique comme ailleurs, qu’elle soit de secteur de l’éducation, de l’environnement, de l’économie, de la santé, de la promotion des droits humains, la femme a toujours su allier ses charges professionnelles celles de la  famille  et de son engagement social pour offrir au monde entier le meilleur de sa personnalité.

A la question de nos confrères de Marie France (https://www.marieclaire.fr ) de savoir en quoi consiste le caucus des femmes pour la promotion de la culture de la paix en Afrique inscrit au programme de la Biennale de Luanda ?, Mme Audrey Azoulay répond ; « La Biennale de Luanda vient soutenir et promouvoir la culture de la paix à travers l’Afrique. Les citoyens du continent sont déjà mobilisés et impliqués dans de nombreuses initiatives, et tout spécialement les femmes, à l’instar des associations qui seront représentées dans la session sur les "Réseaux des femmes pour la paix en Afrique ».

Les échanges entre le groupe de presse français et la haute fonctionnaire française ont également tourné autour Les femmes mettent davantage en avant les coûts humains, sociaux et environnementaux des conflits, Permettre aux femmes et filles de voir grand est une des conditions préalables du développement

Dans les agendas, l’événement réunira des représentants de gouvernements, de la société civile, du secteur privé, de la communauté artistique et scientifique, des institutions académiques et des organisations internationales afin d'"apporter des réponses africaines aux transformations qui affectent les économies e les sociétés africaines".

Outre le forum des femmes, les organisateurs ont également prévu des sessions pour la jeunesse et  dans le domaine de la culture, de paix-sécurité, de la communication, de l’entrepreneuriat et de l’innovation.

 

Lire l’interview de la DG Audrey Azulay sur https://www.marieclaire.fr/biennale-luanda-unesco,1323992.asp

A propos

EMPREINTE NEWS a son siège dans le palais royal de Togbui ADELA AKLASSOU IV de Bè, à l’étage.
Contact : +22891616691

 
 
 
 

Nous suivre sure facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à votre newsletter
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…