Le financement de la santé dans nos pays est une question cruciale pour les autorités chargées de concevoir et de mettre en oeuvre des politiques de développement sanitaires, surtout dans le contexte actuel de rareté de ressources. Les décideurs ont besoin d'information nationales fiables sur les sources et les usages des fonds pour la santé, de préférence comparables entre pays, afin d'améliorer nos systémes de santé. Les comptes de santé aident à pourvoir ces informations et à évaluer les volumes de financement mobilisés pour les interventions de santé et à retracer les flux de financement des systèmes de santé.

Pour cette raison l'Organisation Mondiale de la Santé(OMS) et ses partenaires reconnaissent les comptes de la santé comme une source de données par excéllence des dépenses en vue d'une meilleures compréhension du financement de la santé.

Afin de développer des outils de guide et appuyer les équipes nationales pour la production standardisée des comptes de la santé dans les Etats membres, Lomé acceuille depuis ce lundi un atelier d'éminents spécialistes dans le domaine de l'économie et du financement de la santé de 11 pays.

"Produisons des données fiables pour bâtir un système de santé performant" c'est le thème retenu pour ces assises qui seront animé par des experts de l'Organisation Mondiale de la Santé(OMS) pendant 05 jours.

"Le financement de la santé est un volet très important. On a beau avoir tout ce qu'il faut, si on n'a pas de bonnes données, on ne pourra pas la financer. Les comptes de la santé constituent un cadre cohérent et harmonisé permettant d'évaluer les volumes de financement mobilisés dans la mise en oeuvre des activités de santé et de retracer les flux des financements des systèmes de santé pour une période donnée. C'est en cela que cette rencontre de Lomé est importante. Ce exercice est une initiative mise en place par l'OMS depuis les années 2000. Nous l'avions instauré parceque le système des comptes de la santé est l'un des instruments puissants pour aider les décideurs à opérer les meilleurs choix possibles, à apprécier l'utilisation des ressources, à suivre et évaluer la performance ou l'éfficacité." a indiqué Dr Diallo Fatoumatou Binta Tidiane, Réprésentante Résidente de l'OMS au Togo.

Pendant 05 jours ces spécialistes seront amenés à revoir les inconhérences et les incongruences des données à travers la revue de la qualité générale des études afin d'apporter les corrections nécessaires. Ce exercice permettra de doter les systèmes de santé, de bases factuelles robustes pour une prise de décision éclairée en matière de financement favorable à la performance.

Les 11 pays qui ont répondu présents à l'atelier de Lomé sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, la Côte d'Ivoire, la Guinée, la Guinee Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Pour rappel, il se tient ce même lundi à New York la réunion de Haut Niveau sur la Couverture Sanitaire Universelle (CSU) dans le cadre de l'Assemblée Générale des Nations Unies, institulée "Couverture sanitaire universelle, oeuvrer ensemble pour un monde en meilleure santé". Cette réunion vise à obtenir des engagements financiers et politiques des pays et à soutenir les investissements dans le domaine de la santé.

A propos

EMPREINTE NEWS a son siège dans le palais royal de Togbui ADELA AKLASSOU IV de Bè, à l’étage.
Contact : +22891616691

 
 
 
 

Nous suivre sure facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à votre newsletter
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…