Difficile de vivre dans la zone de l’ancien marché d’Adamavo. Véritable chemin de croix, une productrice de l’huile de palme rend la vie très difficile à ses riverains depuis 9 ans.

Sur le terrain, Empreinte News a appris le 16 mai 2020 que les vendredis, samedis et dimanches (jours de production de l’huile), il est très difficile à tout le monde de circuler dans le quartier.

« Quand elle démarre sa production, il y a de grande fumée qui sort nous obligeant, malgré nous, à rentrer dans nos chambres respectives ; personne ne peut rester dans la cour » s’est époumonée une dame qui s’est souvenue avoir demandé à la CEET de venir changer son compteur puisque la fumée a rendu illisible les écritures sur le tableau.

Un environnement malsain susceptible de provoquer les maladies diarrhéiques et pire le Coronavirus si aucune action urgente n’est menée pour permette à la dame de mettre de l’ordre dans ses affaires.

Les accusations sont légion mais certaines personnes ont soutenu être embêtées par les eaux usées déversées par la dame sur la voie publique, les obligeant à fermer portes et fenêtres pour que les odeurs nauséabondes ne rentrent pas chez eux.

D’autres voix encore se sont levées pour dénoncer le nombre d’accidents occasionnés par la position des objets de la productrice.

« La disposition des fagots de bois devant sa maison oblige les conducteurs d’engins à venir vers notre hangar afin de bien tourner et d’éviter de cogner des gens. Or en le faisant ainsi cela occasionne de nombreux accidents » a déploré une autre riveraine.

Qui va nous sauver ? Jusqu’à quand allons –nous vivre ce calvaire ? La question est sur toutes les lèvres et les riverains attendent le sauveur.

Interrogée sur les allégations, la concernée a affiché un air calme et surprenant. Même Togbui Assou Adamavo II questionné a reconnu avoir acheté, à plusieurs reprises, de l’huile rouge chez la dame mais n’a jamais été saisi par une affaire de pollution par les populations riveraines.

Nous y reviendrons.

A propos

EMPREINTE NEWS a son siège dans le palais royal de Togbui ADELA AKLASSOU IV de Bè, à l’étage.
Contact : +22891616691

 
 
 
 

Nous suivre sure facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à votre newsletter
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…