Les pouvoirs publics comptent sur les agropoles pour développer des industries agroalimentaires et tirer un grand profit  du secteur agricole qui emploie au moins 60% de la population.

A travers « pôle de croissance agricole », ils s’engagent à mobiliser assez de ressources financières afin de soutenir les agriculteurs, à rehausser la compétitivité du secteur et à garantir la sécurité alimentaire sur l’étendue du territoire, assurer la transformation locale et faciliter l’accès aux marchés.

Dans la région de la Kara, 38 milliards de francs CFA ont été mobilisés pour la phase pilote de mise en œuvre. La vision est de développer dix (10) agropoles à l’horizon 2030 et de lancer deux (02) autres projets au cours des trois (03) prochaines années.

Essentiellement, la politique de mise en place des agropoles va contribuer dans un premier temps à réduire la pauvreté, principalement en milieu rural avec une diminution de plus de 15% dans les cinq (05) prochaines années (de 68.7% à 53.7%), à la création d’emplois que les statisticiens évaluent à plus de 24.837 dont près de 40% pour les femmes. Ensuite, elle créera de la richesse en milieu rural et réduira le déficit de la balance commerciale agricole

Tout comme Kara, les régions des Savanes, Centrale et des Plateaux ont une population exclusivement agricole qui ont « chassé le parle mal ces dernières années grâce au soutien des autorités qui ont mis en place le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage des risques (MIFA SA) ainsi que d’autres projets non moins importants. De fait, la mise en place des agropoles permettra aux régions de résister, entre autres, aux caprices de la nature, en particulier en période de sécheresse. Des infrastructures logistiques seront construites dans ces régions et faciliteront la mise en place de parcs agro-industriels (électrification, eaux, télécommunication). Ceci aidera les petits agriculteurs et les gros investisseurs du secteur agricole à poursuivre sans difficultés majeures leurs activités ou leurs investissements.

L’agropole de Kara, pour rappel, va s’étendre sur 165 000 ha et créer au moins 25 000 emplois. Elle va apporter d’ici à 2022 deux points supplémentaires à la croissance du PIB agricole (qui était de 7 % en 2018), augmenter les ventes, à l’export comme au niveau local, et donc réduire les importations agroalimentaires pour ramener le déficit de la balance agricole à 38 %, au lieu de 44 % actuellement.

A propos

EMPREINTE NEWS a son siège dans le palais royal de Togbui ADELA AKLASSOU IV de Bè, à l’étage.
Contact : +22891616691

 
 
 
 

Nous suivre sure facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à votre newsletter
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…