Activité principale des populations togolaises, l’agriculture constitue le pilier de l’économie rurale et par conséquent la base du développement socio-économique du pays. En  employant plus de 70% de la population active et en contribuant à 40% du PIB, elle continue de faire ses choux gras de l’essor de la filière du maïs.

Cette céréale demeure la plus cultivée depuis 2018 et reste un produit d’une grande importance dans l’alimentation d’un bon nombre de Togolais. Cette place de choix qu’occupe le maïs dans la production agricole trouve son fondement dans les nombreux projets et programmes étatiques mis en œuvre pour rehausser la production céréalière, en l’occurrence le maïs qui est le principal produit vivrier du pays. Aujourd’hui, la filière se porte bien. Elle représente une garantie et une preuve des efforts de l’Etat togolais pour redynamiser l’agriculture.

Un récent rapport établi et financé par la Banque africaine de développement (BAD) avait pour objectif de dresser l’état des lieux du système d’assurance au profit du secteur agricole togolais ; d’observer les mécanismes susceptibles d’être mis en œuvre, les contraintes, les réformes institutionnelles nécessaires etc. Le document rapporte que la filière maïs est en plein essor avec un nombre de producteurs au Togo qui a dépassé la barre de 1,5 million.

Fruit d’un grand sacrifice des pouvoirs publics, les résultats obtenus montrent que 20,32% des producteurs s’adonnent à la culture en pure contre 79,68% qui pratiquent la culture en association. En moyenne, sur une parcelle d’un hectare, le maïsiculteur réalise un bénéfice de 191.050 francs CFA après la vente du maïs. Il va de soi que la production du maïs permet à ces derniers de tirer d’importants revenus, assurant ainsi la survie de leurs ménages.

Selon les chiffres de la Direction des statistiques agricoles, de l’informatique et de la documentation (DSID), la production de maïs s’élève à 886.630 tonnes sur la campagne 2018-2019 et constitue le principal produit vivrier du pays. De fait, la culture génère un revenu moyen net de 223.000 francs CFA par hectare et représente la principale source de revenu des exploitants agricoles (hors cultures de rentes que sont le cacao, le café, le coton et le soja). L’importance du maïs dans le pays s’accroit tellement qu’il occupe dorénavant plus de 700.000 ha, soit 40% de la surface du pays consacrée aux cultures vivrières.

A propos

EMPREINTE NEWS a son siège dans le palais royal de Togbui ADELA AKLASSOU IV de Bè, à l’étage.
Contact : +22891616691

 
 
 
 

Nous suivre sure facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à votre newsletter
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…